NAvigation :

Accueil

Creations

akapluko

blogosphere

cloakroom

photos

akapluko

blogosphere

cloakroom

videos

akapluko

blogosphere

cloakroom

compagnie

partenaires

contacts


Adrien de Blanzy crée la Compagnie d’Après début 2002

, autour du désir de chercher une forme d’écriture de théâtre qui ne puisse
exister sans la danse. Il s’agit de défricher de nouveaux territoires
de danse, de glisser d’un medium à l’autre (danse I théâtre I vidéo),
en quête d’un vocabulaire neuf. Transfigurer, bousculer, incarner le
réel et interroger son rapport au monde en décelant de nouveaux
champs des possibles. Le désir de transmettre et l’échange des
savoirs accompagnent cette démarche : mettre en place des actions de
sensibilisation, des ateliers en milieu scolaire et associatif, par le
théâtre, la danse mais aussi les thèmes de réflexion de la compagnie
.
En quatre ans d’existence, la Compagnie d’Après a créé trois pièces :

AKAPULKO

regarde l’évolution du déséquilibre, la réaction du corps face à l’apparition de l’horreur. Le corps qui, dans une ultime résistance, déplace son centre de gravité, comme pour ralentir la chute. Le corps meurtri, qui cherche une zone inaccessible à l’horreur.

Avec CLOAKROOM

, première pièce de la compagnie, créée en mai 2003 à Gare au Théâtre
(Vitry-sur-Seine), la danse et le texte sont imbriqués et radiographient l’être intérieur dans ses torsions. Il s’agit d’isolés, ou bien de solitaires, de quatre univers aveugles, qui se frôlent, puis s’approchent un peu plus, pour voir.

BLOGOSPHERE

, création 2007, s’intéresse au réseau virtuel, et met en parallèle un blog et la cellule d’un corps humain. Si le web était un corps, à quoi ressemblerait un seul de ses 20 milliards de documents ? BLOGOSPHERE tente ainsi d’incarner le réseau, en imaginant le pendant réel de chaque élément virtuel d’un blog. Dans cet univers où le virtuel devient réel, le blog se matérialise dans un espace clos, traversé par l’énergie du réseau devenue danse.
Les chorégraphies absorbent la matière du blog et l’emportent dans un voyage d’énergie pure, qui explore les résonnances du texte sur le corps.