NAvigation :

Accueil

Creations

akapluko

blogosphere

cloakroom

photos

akapluko

blogosphere

cloakroom

videos

akapluko

blogosphere

cloakroom

compagnie

partenaires

contacts


BLOGOSPHERE
Création 2007 - 60’

BLOG
/ Type de site web souvent personnel, composé essentiellement de billets publiés au fil de l’eau et apparaissant selon un ordre antéchronologique (les plus récents en haut de page), le plus souvent enrichi de liens hypertextes externes.
BLOG
/ Lieu de l’intime, traversé par des visiteurs sans visage. Espace pré-formaté, d’une infinie liberté. Cellule d’un prisonnier volontaire, aux visiteurs cachés derrière des miroirs sans teint. Sorte de peep-show de la confidence, ouvert à tous les vents.

 

Représentations
novembre 2007 : Théâtre de Corbeil-Essonnes – Corbeil-Essonnes
12 mai 2007 : Théâtre de la Ferme - Boussy-Saint-Antoine
11 février 2007 : Le Cube - Issy-les-Moulineaux
3 février 2007 : Théâtre de Bièvres - Bièvres
20 janvier 2007 : Théâtre de Bligny - Bris-sous-Forges

Equipe
Conception, mise en scène et chorégraphie :
Adrien de Blanzy

Dansé et joué par :
Marie Rual et Guillaume Durieux

Scénographie :
Isabelle Dolivet et Adrien de Blanzy

Costumes :
Emérantine Vignon

Montage musiques :
Marc Vincent

Lumières :
Eric Heinrich

Administration/Diffusion :
Julie Boulain

BLOGOSPHERE création 2007

Imaginer le réseau incarné

L’immensité de l’Internet, du « réseau », donne le vertige. Il est impalpable, infini : il désarçonne. Il possède ses propres règles de temps, de lieu, d’action.

Sept ans après l’explosion de la bulle Internet en 2000, ce que l’on appelait la « nouvelle économie » est de retour et bien réelle. Les start-up fleurissent à nouveau, l’argent revient irriguer la pompe longtemps à sec des « .com ». En sept ans, l’Internet est devenu un marché, et surtout une réalité quotidienne. Cette renaissance porte même un nom : l’Internet 2.0.

Dans ce nouveau mon∑de réel, le corps devient un fantôme. Et dans cet univers des écrans, dans lequel la singularité du corps est neutralisée, il est désormais possible de démultiplier nos existences comme de dénicher « nos semblables » par recherches multicritères. L’Internet, ultime vecteur social, semble chercher à s’humaniser lui-même, à s’incarner, à se sensualiser : on passe du texte à l’audio, de la photo à la vidéo…

Ces milliards d’informations qui circulent chaque seconde dans un flux incessant ressemblent paradoxalement au corps humain.

Avec BLOGOSPHERE, j’ai eu envie d’imaginer le réseau incarné, puis d’y plonger pour le découvrir de l’intérieur. Imaginer quel pourrait être le visage du réseau étiré, poussé, mis en relief, en trois dimensions. A quoi ressemblerait le corps du réseau ? Quelle enveloppe protéiforme pourrait contenir ces 20 milliards de documents ? Et vu de l’intérieur, quel serait l’aspect des rhizomes électroniques, des connexions ?

Pour l’imaginer, j’ai cherché à regarder le réseau au microscope : quelques cellules vivantes de l’Internet parmi des milliards ; quelques blogs.

Adrien de Blanzy

 

Notes d’intentions

Le nœud du réseau
BLOGOSPHERE met en scène le centre névralgique de la Blogosphère. Le nœud du réseau, station de transmission depuis laquelle sont gérés les flux, mais aussi terre d’accueil pour bloggeurs égarés.
Cette plate-forme est guidée par son navigateur, qui, du haut de son centre de contrôle, distille ses conseils à la façon d’un animateur nocturne de bandes FM.
Ce lieu, ceint de hauts murs, n’est ouvert sur le réseau que par une fenêtre étroite ; un confessionnal dans lequel les bloggeurs viennent trouver le réconfort. Cette ouverture (projection vidéo sur le sol) ne laisse entrevoir que leurs visages, distendus par le réseau.

Une danse d’énergie pure
Dans cet espace de connexion devenu charnel, BLOGOSPERE développe une danse tournée vers la transformation du langage : coder, décoder l’émotion brute du blog pour la transmettre. Dans ce labyrinthe virtuel, le mouvement se lance dans une mathématique sensuelle, précise et poétique, qui détient ses propres règles d’énergie. Les chorégraphies fugaces ou ralenties vont contre le temps, inversent les évidences. Il s’agit d’inventer une partition scénique qui explore les résonnances d’un medium à l’autre (blog-texte/réseau-danse).

Agenda des representations de la compagnie d'apres

La compagnie d'après est un site réalisé par SHIBUYA-ATELIERS